Direction musicale

C’est au cours de ses études au Conservatoire de Lausanne que Thierry Besançon se découvre une passion pour la musique de film. Une passion qui deviendra rapidement le fil conducteur de toute sa carrière.
Après avoir étudié la composition musicale avec son père, c’est à l’écoute des grands maîtres hollywoodiens tels que Danny Elfman, Elliot Goldenthal et Elmer Bernstein qu’il perfectionne son écriture.

Th IMG_2640Connu avant tout comme compositeur, il signe plusieurs bandes originales de films dont : Loups (prix du meilleur
court-métrage suisse 2003), Coupé Court (sélectionné au Festival de Locarno en 2006), Playmobils (2008), Le Lac Noir (Prix Gérardmer 2012) ainsi que le court-métrage Entre Ange et Démon (2013). A Paris, la chaîne Canal+ s’intéresse à ces musiques de films et lui propose d’écrire la bande originale d’un épisode de la série « Sable Noir » : In Memoriam (2007).

Lorsqu’il ne compose pas pour les salles obscures, Thierry Besançon signe bon nombre d’œuvres lyrico-fantastiques telles que l’oratorio profane Le Prince des Ténèbres, l’opéra Dame Helvetia (commandé par l’Exposition nationale 2002) ainsi que l’opéra féérique Un matin sur le Mont Chevelu. En 2011, sa grande aria sabbatique Strigoaicaria est créée par l’ensemble Altaïr au Carnegie Hall de New York.

Orchestrée de manière fine et maîtrisée, son écriture impressionne souvent par sa structure narrative et son ambiance. Comme une histoire racontée en musique, son langage musical dégage en même temps des émotions fortes et un univers cinématographique très présent.

Toutefois, la direction d’orchestre a toujours été son objectif premier. En 1996, il est invité par Marc Demierre à diriger l’Orchestre symphonique Bande-Son. Outre le fait que cette invitation sera la première occasion pour le jeune chef de diriger un orchestre symphonique, on ne peut que remarquer l’aspect « prémonitoire » de cette invitation ! Il dirige ensuite à plusieurs reprises le Sinfonietta de Lausanne lors des enregistrements de ses musiques de films ainsi que l’Ensemble Symphonique de Neuchâtel lors d’un concert avec la chanteuse Olivia Pedroli (2011).

Aujourd’hui, Thierry Besançon se dit extrêmement honoré de pouvoir être le directeur artistique d’une formation telle que l’Orchestre symphonique Bande-Son. Il n’aurait pu se présenter à lui plus belle opportunité de rendre hommage aux grands maîtres de la musique de films, tout en faisant découvrir au public la richesse de ce répertoire encore méconnu.

www.thierrybesancon.ch